La dame noire par Stephen CARTER (2007)

Publié le par Restling

4ème de couverture : Ils sont beaux, riches, puissants, familiers de la Maison Blanche... Julia et Lemaster Carlyle forment l'un des couples africains-américains les plus jalousés de Nouvelle-Angleterre, ce bastion de la « blanchitude ».

Un soir, alors qu'ils rentrent d'une réception à l'université, ils sont pris dans une tempête de neige et leur voiture quitte la route. Près du lieu de l'accident, ils découvrent un cadavre. Julia, horrifiée, reconnaît le corps de son ancien amant, Kellen Zant, devenu depuis un brillant professeur d'économie de New England. Ce crime va avoir sur chaque membre de la famille Carlyle des conséquences dévastatrices dont l'onde de choc se propagera jusqu'à la Maison Blanche. Car, en même temps qu'elle démasque la bienveillance de façade des habitants d'Elm Harbor (surnommé par Julia « le cœur de la blancheur ») à l'égard de « l'obscure nation », l'enquête sur le meurtre de Kellen en réveille un autre, vieux de trente ans, qui semble impliquer Lemaster et son ami le Président...

Toujours peu de temps à ma disposition en ce moment mais je trouve quelques minutes pour publier ma critique de La Dame Noire et je reviens bientôt avec de nouvelles critiques et 2 tags en retard...

Un roman complet et complexe que La Dame Noire.

Pour ce qui est de l’intrigue policière, j’ai été largement servie : pas de temps mort, des rebondissements en cascade, une enquête intrigante, un vrai sac de nœuds, une intrigue diaboliquement complexe, un jeu de piste, des énigmes, des organisations secrètes et très puissantes, des conspirations…

Une enquête sur un crime qui se déroule au départ du roman nous entraine vers une enquête sur un crime vieux de plus de 30 ans, nous avons donc une intrigue à deux niveaux temporels, aspect que j’aime particulièrement dans les romans.

Le style m’a paru un peu « ampoulé » au départ mais j’ai vite accroché à cette manière d’écrire foisonnante de détails, aux phrases longues et habilement structurées, aux métaphores et comparaisons subtiles, aux multiples figures de style que je ne saurais même pas nommer

J’ai particulièrement aimé l’expression « innocence sardonique » pour illustrer le visage d’une adolescente s’adressant à sa mère.

Ici et là, sont livrés discrètement au détour d’une phrase, presque l’air de rien, des éléments très importants de l’intrigue.

Au-delà du simple polar, l’auteur nous emmène vers une réflexion sociologique et il apparait clairement que la barrière entre « la pâle nation » et « l‘obscure nation » n’est pas encore tombée, loin de là. Et que même au sein de chaque population, il existe des classes sociales qui se considèrent comme supérieures, à part…

Découverte faite à l'occasion de l'opération Masse Critique de Babelio. Merci !
livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

Publié dans Policier-Thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B


j'ai terminé ce roman qui m'a bien plu et je l'adresse ce jour à Saxaoul



Répondre
R


Ohlala tu n'as pas perdu de temps ! Je préviens Saxaoul !



B


je viens de recevoir le livre Merci encore pour ce prêt



Répondre
R


Je t'en prie, j'espère surtout qu'il te plaira !



B

Keisha propose de ma faire suivre ce livre voyageur si tu es d'accord Merci de me préciser par message privé sur mon blog le nom et l'adresse de la personne à qui à mon tour je l'adresserai Bonne
journée


Répondre
R

Oui bien sur aucun problème ! Je vais voir avec Saxaoul, qui est la suivante, quelle est son adresse et je t'envoie un mail. Bonne soirée !


K

Billet paru aujourd'hui. Deux intéressées pour le voyage : Bénédicte et saxaoul. Je leur ai dit de te contacter, et tu me donneras l'adresse de la suivante!


Répondre
R

Mazette mais quelle organisation !!! Merci de ton aide !


A
ta proposition est vraiment très sympa, je t'envoie ma nouvelle adresse par mail :):):)
Répondre
R

OK je te l'envoie dès la semaine prochaine car là je ne suis pas chez moi...
Je t'enverrai aussi l'adresse de Keisha par mail pour quand tu l'auras terminé mais prends ton temps !