L'instant où tout a basculé par Sylvain AUGIER (2008)

Publié le par Restling

L'instant où tout à basculé


4ème de couverture : « Soudain, j’entends un bruit sec. Une seconde, à peine. Comme un coup de fouet ou une porte qui claque violemment. La moitié de mon aile s’est refermée. Immédiatement, la voile se met à partir en torche, à tourner, tourner. Tout va trop vite pour que je puisse avoir peur. Pour que je réalise que je n’ai aucune chance de m’en sortir. » 
 24 août 1988. Ce jour-là, Sylvain Augier aurait dû mourir, victime d’un terrible accident de parapente. Quelles vont être les conséquences de cette chute, dont il sort miraculeusement vivant, mais grièvement blessé ? 
 De ses débuts à la radio jusqu’à l’incroyable succès de « Faut pas rêver » et de « La Carte aux trésors », en passant par des épreuves secrètes, la souffrance physique et la dépression, ce récit raconte le parcours d’un homme qu’on croyait bien connaître. Une leçon de courage et un message d’espoir.

Merci à Chez les Filles et aux éditions Carnetsnord pour m'avoir fait parvenir ce livre.
En préambule, je dois avouer que je ne serais jamais au grand jamais allée de moi-même vers ce genre de récit (oui d'accord, j'adore les romans de Sylvie TESTUD mais je ne trouve pas ça comparable).
Alors, allez-vous me demander, ce témoignage m'a-t-il fait changer d'avis ? Et bien non.
Déjà, je ne connaissais pas du tout Sylvain AUGIER. Je l'avais juste vu faire la promo de son livre et il me semble qu'elle était très axée sur son problème de drogue.
Bref, je n'ai rien aimé dans ce récit. Sylvain AUGIER nous offre sa thérapie et personnellement, ça ne m'intéresse absolument pas... L'écriture est très simple, limite plate et le personnage  m'a hérissée au plus haut point (moi, ça m'insupporte une personne qui se retrouve aux portes de la mort de par sa propre inconscience et qui a le culot de déclarer qu'il ne craignait pas pour sa vie mais qu'il pensait à sa mère et à ses soeurs qui allaient être effondrées !!!).
J'ai trouvé qu'il manquait profondément d'humilité, qu'il était un peu trop centré sur lui-même. Il m'est apparu comme un dilettante, capricieux, certes téméraire mais surtout totalement imprudent et inconscient.
Je parais surement très dure mais j'ai trouvé que Sylvain AUGIER, malgré son terrible accident, avait eu beaucoup plus de chance et de bonheur dans sa vie que beaucoup de gens et qu'il parait incapable de s'en rendre compte.
Voilà pour moi mais mon avis est loin d'être universel.
Pom et Hamnessa ont été touchées, allez lire leurs avis qui tempèreront le mien.

Publié dans (Auto)-Biographies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
J'avais bien aimé cette lecture et j'ai également apprécié rencontré l'auteur (en juille tdernier lors d'un salon du livre). J'ai beaucoup prêté cet ouvrage mais les avis ont souvent divergé !
Répondre
R

Ce livre a touché beaucoup de gens mais moi, il m'est totalement passé à côté...


L
Oh là là "L'herbe bleue", un vieux souvenir, je l'avais lu au collège! "Flash" je ne connaissais pas du tout et je le lirai peut-être après avoir lu une présentation en ligne à l'instant. Je me souviens aussi de "J'étais un drogué" de Guy Champagne (son nom vient miraculeusement de me revenir à l'esprit alors que voilà des années que j'essaie de m'en souvenir). Il était à la bibliothèque de mon collège et je me souviens avoir été très influencée par ces deux lectures. Je ne sais pas si aujourd'hui j'aurais la même perception mais je pense que ce genre de témoignage a un impact fort quand on le découvre à l'adolescence.
Répondre
R

C'est vrai que j'ai lu les 2 à l'adolescence et peut-être qu'en effet, ça a eu un impact plus fort sur moi que si je les découvrais aujourd'hui. Quoique j'ai relu L'Herbe Bleue il y a 2-3 ans je crois et ça m'avait autant secouée ! Surement le fait que ce soit du vécu et anonyme de surcroit...
J'étais un drogué, je ne connais pas, je vais aller me renseigner.
Si Flash t'intéresse, je crois que je l'ai quelque part au fond de ma bibliothèque, tu veux que je te le prête ?


G
Je n'ai pas trouvé la drogue comme point central du bouquin. Son envie de s'en sortir oui, sa douleur oui, la construction de sa carrière passionnante oui. Mais la drogue, pas tant que ça. En tout cas, ce n'est pas ce qui m'a choqué. Et puis c'est une drogue difficile à juger. Contre la douleur, la morphine est utiliser de le milieu médical, sous surveillance... Ensuite,, ça peut dérapper car la souffranc augmente mais l'effet des doses s'amoindrit...
Répondre
R


Je n'ai pas trouvé non plus que la drogue était le point central du roman, je disais que lorsque je l'avais vu faire la promo de son livre, cette promo paraissait très axée sur le problème de
drogue qui finalement ne tient pas la place principale du récit.
Cela dit je ne juge absolument pas la vie de cette personne, mon avis concerne essentiellement ce roman et ce qu'il laisse transparaitre de l'attitude de son narrateur.



G
Moi, j'ai été tres touchée aussi, puisque j'ai vécu des situations similaires aux siennes.... Echapper à la mort plusieurs fois mais pas par inconscience, par pas de bol en santé. Tu peux bien entendu voir mon billet sur mon blog, tu verras qu'il est diamétralement opposé (tu le trouveras dans catégorie récits et roman d'aventure.
Répondre
R

Je vais aller voir ton billet mais je ne pense pas qu'il me fera changer d'avis. Quand je parle d'inconscience, je pense notamment au moment où il manque se noyer parce qu'il a décidé d'aller
plonger sous la vague au lieu de se laisser porter comme ses amis. Et ça ce n'est pas du manque de bol...


L
bon je me dis que ce brave monsieur tout de même, s'il ne s'appelait pas Augier, on verrait peut-être sa biographie comme quelque chose de compréhensible et de salutaire... peut-être qu'il ne cherchait pas à se faire un peu d'argent ou à rester présent dans l'esprit des gens mais simplement à exorciser de vieux démons... cela dit s'il n'était pas "connu" aurait-il été publié... ?
Répondre
R

Là pour le coup, je pense que si il n'avait pas été connu, il n'aurait en effet pas été publié. Mais même d'un inconnu, je ne pense pas que j'aurais apprécié ce récit. J'ai lu d'autres récits sur
la drogue ou des étapes difficiles à passer dans une vie et ils étaient autrement plus passionnants. Je pense notamment à L'Herbe Bleue ou
Flash de Charles Duchaussois.
Remarque je me disais la même chose pour Benchetritt (que sans sa notoriété, il n'aurait pas été publié) et je le pense toujours d'ailleurs mais j'adore quand même ce qu'il écrit lui ! Peut-être
parce que justement, ce n'est pas en rapport avec le star-system...