Mille Morceaux par James FREY (2003)

Publié le par Restling

4ème de couverture : James, vingt-trois ans, a cramé sa jeunesse dans le crack et dissout son enfance dans l'alcool. A la suite d'un ultime black-out, il est hospitalisé dans une clinique du Minnesota. Dans le service de soins intensifs, il rencontre Lilly, une jeune fille aux yeux bleus et clairs comme des promesses d'avenir. Mais le démon est encore là, et chaque crise d'angoisse, de paranoïa ou de manque lui rappelle qu'il a un combat à mener. Pour elle, pour ses parents, pour sa survie... Dans un récit au style cathartique et poignant, James Frey nous dévoile le vrai visage de la drogue cette araignée d'acier tapie sous la peau ; ce monstre à satisfaire, et qu'il faut détruire avant qu'il ne vous dévore...

 

« Le Jeune Homme s’en alla chercher conseil

auprès du Vieil Homme.

J’ai cassé quelque chose, Vieil Homme.

Comment l’as-tu cassé ?

En mille morceaux.

Je crains de ne pouvoir t’aider.

Pourquoi ?

Il n’y a rien à faire.

Pourquoi ?

Cela ne peut être réparé.

Pourquoi ?

On ne pourra jamais le recoller. C’est en mille morceaux. »

 

Ce titre (maillon proposé par Levraoueg) fait partie de ceux qui me faisaient le plus envie dans cette chaîne des livres. J’ai toujours été attirée par les récits parlant de drogue, de dépendance. A l’adolescence, j’en ai lu et relu une tripotée dont les plus marquants restent Flash de Charles DUCHAUSSOIS et L’Herbe Bleue, récit anonyme que tout le monde doit avoir lu non ?

Revenons à Mille Morceaux. Au fur et à mesure des avis, j’ai continué à avoir envie de le lire. Même après le billet de Leiloona (très intéressant et pertinent) parlant de la polémique à son sujet, il me faisait toujours envie.

Et à la lecture, je n’ai pas été déçue. Ce témoignage est dur, poignant, intense. Même si certaines scènes sont extrapolées (notamment la fameuse séance chez le dentiste sans anesthésie), les faits les plus marquants pour moi restent cette lutte, ce combat contre la Dépendance, la descente aux Enfers où la drogue et l’alcool a précipité certains des résidents de cette clinique (d’ailleurs comme je ne crains pas la fraise, la scène du dentiste, que j’appréhendais tant, ne m’a pas semblé si insupportable ; si il avait du lui soigner le nez ou les yeux, là je ne dis pas, j’aurais sûrement fait preuve de plus d’empathie).

Quand James arrive dans cette clinique, il a 23 ans et il est « Alcoolique, Toxico et Dépendant », selon la formule consacrée, depuis plus de 10 ans. Il veut s’en sortir mais refuse de prendre le chemin tracé vers la guérison à savoir les Alcooliques Anonymes et les Douze Etapes. James ne croit pas en Dieu alors il décide de croire en lui-même et de s’en sortir grâce à sa force de volonté.

Le soutien des amis qu’il se fait en clinique lui sera également d’une grande aide ainsi que l’amour qu’il porte à Lilly, une jeune fille en cure de désintoxication elle aussi.

Présenté comme ça, ça pourrait avoir l’air simple mais ce livre nous prouve à quel point le chemin vers la guérison et l’abstinence est difficile. Ces personnes ont connu l’enfer et très peu s’en sortiront (les statistiques d’échec des cures de désintoxication sont proprement effarantes !).

Et ce témoignage me confirme dans l’idée qu’il y a certaines choses qu’on ne peut pas surmonter et après lesquelles on ne peut plus vivre.


Publié dans (Auto)-Biographies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Manu 26/11/2009 20:26


J'étais sûre que tu serais celle qui aimerais celui-là ! Moi, il ne me tente pas. J'avais fait des cauchemars après avoir lu "L'herbe bleue" adolescente, alors que tous les autres du même genre que
j'ai lus ne m'ont pas fait le même effet !


Restling 26/11/2009 21:07


J'ai lu plusieurs fois L'herbe bleue mais à chaque fois la fin m'attristait et me plombait le moral, comme si avec la relecture, ça allait me faire moins d'effet mais non rien du tout. C'est
vraiment le récit relatif à la drogue qui m'a le plus marquée...


souscrire mutuelle 26/11/2009 10:11


super ce blog
bonne continuation
et a bientot


Restling 26/11/2009 21:23


Merci !
Par contre, je n'ai pas besoin de mutuelle.


BlueGrey 26/11/2009 09:55


Il est vrai que, maintenant que sa part de fiction est reconnue, on n'appréhende pas de la même manière ce texte que si on le croit de bout en bout autobiographique. Pour moi ce texte, hors la
polémique l'entourant, est d'une grande qualité, très fort, et parfois même dérangeant...


Restling 26/11/2009 21:21


Je suis complètement d'accord avec toi. Mais je comprends la déception de tous ceux qui l'ont lu en pensant qu'il s'agissait d'une autobiographie et qui se sont sentis floués.


levraoueg 25/11/2009 23:42


Accueil plutôt positif donc, ce qui me fait bein plaisir. Mais tu sais, je crois savoir que l'histoire sentimentale ne fait justement pas partie des éléments inventés. Il me semble d'ailleurs qu'on
peut comprendre un peu la vraie histoire en lisant les remerciements à la fin (mais je vérifierai ça à la fin de la chaîne, car pour les détails ma mémoire est un peu déficiente !)


Restling 26/11/2009 21:19


Je pense qu'en ce qui concerne les personnages, ils doivent tous avoir existé car en fin de roman, il détaille ce qu'ils sont devenus. D'ailleurs ça m'a fendu le coeur.
Sinon je te remercie pour cette découverte, cette chaîne est vraiment foisonnante de bons livres !


Anjelica 25/11/2009 23:03


Comme toi à l'adolescence, j'ai lu plusieurs livres sur ce sujet. L'herbe bleue, bien entendu et puis un autre qui racontait l'histoire d'un journaliste qui sombre après avoir découvert l'opium.
Des livres qui m'ont permis de ne jamais être tentée.
J'ai connu et je connais des personnes qui ont une dépendance à l'alcool et c'est crai que le constat est triste et la guérison absolu peu probable...



Restling 26/11/2009 21:16


Je ne me suis jamais trop approchée de la drogue car j'ai une forte tendance à l'addiction : je fume depuis des années et je n'arrête pas d'arrêter (là je touche du bois, ça dure), je suis capable
de dévorer une tablette de chocolat par soir... En gros, je ne sais pas m'arrêter alors autant ne pas commencer ce genre de choses... Heureusement je ne bois pas d'alcool !