Meurtres entre sœurs par Willa MARSCH (1996)

Publié le par Restling

meurtres entre soeurs4ème de couverture : « - Écoute-moi bien ! Essaie de te souvenir de l'état dans lequel nous étions lorsque nous avons essayé de la tuer. D'accord, nous étions gamines, mais suffisamment ulcérées pour souhaiter sa mort. Réfléchis. Rappelle-toi... - Tu as raison. Je la jalousais. Mo et Pa étaient en adoration devant elle. Elle leur appartenait à tous les deux comme ça n'avait jamais été le cas pour nous. Je me sentais tellement envieuse. Envieuse lorsqu'elle grimpait dans leur lit et se coulait entre eux, le plus naturellement du monde. J'adorais Pa, mais je n'aurais pas osé faire ça. J'avais l'impression qu'ils l'aimaient davantage, simplement parce que c'était leur enfant à tous les deux. »

Olivia et Emily, demi-sœurs, vivent une enfance heureuse dans l'Angleterre des années 1950. Jusqu'au jour où Mo et Pa font un troisième enfant : Rosie, la petite princesse, leur préférée. Qui se révèle particulièrement odieuse. Grâce à de faux scandales, Rosie parvient à empoisonner l'existence de toute la famille, poussant Olivia et Emily dans leurs derniers retranchements. Comment s'en débarrasser ? Coups bas, manipulations en tous genres, vengeances : ici, on ne se fait pas de cadeaux... Impossible de s'ennuyer à la lecture de ce roman savoureux, au goût acide, qui nous entraîne dans les méandres d'une intrigue tortueuse en compagnie d'héroïnes aussi cyniques que déjantées. Un festival d'humour noir !

 

Ce livre m’avait fait très envie chez Theoma et puisqu’elle en faisait un livre voyageur, je me suis jetée sur l’occasion.

L’idée de départ est sympathique, plutôt drôle même si elle ne déborde pas d’originalité. L’auteur a décidé de la traiter avec humour.

Et c’est là que le bât blesse un peu pour moi. Je n’ai pas ressenti de subtilité dans le ton humoristique employé, j’ai trouvé que le trait était un peu trop appuyé et que les effets de style tombaient souvent à plat.

Les personnages ne m’ont pas non plus touchée comme je l’aurais aimé. J’adore les méchantes d’habitude mais je les préfère plus inventives, perfides et surtout plus manipulatrices.

Cependant, une fois intégré le côté « superficiel » du roman, les personnages un peu grossiers (au sens de pas très fins), les péripéties pas vraiment crédibles, on se retrouve face à un livre-comédie (un peu du genre Caméra Café) qui se laisse lire mais qui ne m’a pas plus emballée que ça.

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

J'adore cette série et en effet Glenn Close y est parfaite !


Répondre
R

D'ailleurs, j'ai hâte que la prochaine saison passe !


M

J'avais noté ce titre dans ma liste en espérant un roman drôle, grinçant, décapant... Mais si la méchante n'est pas assez forte et tordue de manière originale, ça doit perdre de son
charme... 


Répondre
R

Tout le monde n'a pas été du même avis que moi. Si tu as l'occasion de le lire, il te plaira peut-être...


A

Justement je trouve que Glenn Close est parfaite dans ce genre de rôle.


Répondre
R

Absolument !!! Tu l'as vu dans la série Damages ? Elle est méchante, elle est parfaite !


T

Ta remarque sur l'humour me fait réfléchir. J'en prends note ! J'ai un retard important dans mes mails, je te réponds de suite, merci !


Répondre
R

Pas de souci pour le retard, tu vois que le mien est encore plus important : 1 mois pour répondre à un commentaire !


A

En écrivant mon commentaire, je pensais justement à la Marquise de Mertueil mais je ne me rappelais plus de son nom...
C'est vrai que Folcoche ont a plus envie de la détester et j'aurai du y penser que tu ne pouvais pas aimer cette dame...


Répondre
R

Et moi j'ai été obligée d'aller chercher son nom avant de répondre à ton commentaire, j'allais écrire Glenn Close !