Arthur et George par Julian BARNES (2005)

Publié le par Restling

4ème de couverture : Condamné pour le meurtre d'un cheval, George Edalji, jeune avoué d'origine parisienne, est emprisonné puis relâché sans avoir été innocenté. Son teint mat et sa parfaite intégration sociale dérangent l'Angleterre bien-pensante de ce début de XXe siècle. Fragile, effacé maladroit et démuni, il va faire appel à Arthur Conan Doyle, alors un des hommes les plus célèbres d'Angleterre, le créateur de Sherlock Holmes... Extraordinaire tableau de la société victorienne, ce roman. inspiré d'un fait réel qui avait divisé l'Angleterre comme en France l'affaire Dreyfus, est aussi le plus passionnant et le plus haletant des thrillers.

 

Lecture commune avec Jules et Theoma pour le 25 octobre si mon PC n’avait pas décidé de faire des siennes…

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre notamment au moment du Victorian Christmas Swap de l’an dernier, je l’avais d’ailleurs offert à ma swappée Loula.

Cependant, je n’ai pas éprouvé tout l’enthousiasme auquel je m’attendais à la lecture de ce livre.

J’ai beaucoup aimé la 1ère partie du livre lorsque les enfances et adolescences de George Edalji et de Arthur Conan Doyle (pas encore Sir) nous sont livrées par petits paragraphes ou petits chapitres en alternance.

J’ai un peu décroché ensuite car je trouvais le temps long avant la rencontre de Arthur et George, à près des 2 tiers du roman.

Et je me suis aperçue à ce moment-là que l’aspect biographie romancée me gênait beaucoup. Je n’étais déjà pas très biographie avant de lire le Balzac de Stefan ZWEIG qui m’a fait totalement changer d’avis. Mais là, je ne savais pas trop où me situer, quelle était la part de vérité, la part de fiction, ce qui a été brodé autour des faits… Et puis, je dois avouer que je n’avais aucune envie de m’imaginer Sir Arthur Conan Doyle en train de « décharger dans sa culotte »…

Après cette petite gêne, j’ai pris le parti de prendre ce roman comme une totale fiction et de ne pas me poser plus de questions.

Et j’ai replongé dans le livre, totalement prise par l’enquête à laquelle se livre Sir Arthur pour innocenter George Edalji, d’autant plus que la description du milieu judiciaire à cette époque m’a paru assez véridique.

Un sentiment mitigé mais qui me laisse quand même une impression plutôt positive.

 

 

6/18

 

 

 

 

 

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K

Ayayaye... plein d'avis mitigés sur ce livre... mais j'ai quand même bien envie de le lire!


Répondre
R

Comme ça, tu pourras te faire ton propre avis ! On n'est jamais mieux servi que par soi-même !


F

Contrairement à toi, je suis restée scotchée tout au long de l'histoire grâce à la personnalité très attachante d'Arthur Conan Doyle ! ;-)


Répondre
R

C'est sur qu'il m'a plus plu que George ! Mais certains côtés m'ont dérangée et mise un peu mal à l'aise. Bonne soirée Florinette !


E

J'avais trouvé ce roman assez longuet! Par contre tu m'apprends une chose intéressante, une bio de Balzac de Stefan Zweig, à retenir


Répondre
R

Oui la bio de Balzac par Zweig, c'est LE point intéressant du billet !


L

Je crois qu'il y a pas mal d'avis mitigé, j'étais tentée il y a quelques temps de l'inscrire sur ma lal mais du coup je ne l'avais pas fait. Ton billet confirme mes pensées, et définitivement je ne
le rajoute pas à ma lal.


Répondre
R

Pour celui-ci, c'est bizarre, quand je l'ai noté l'an dernier, il me semblait qu'il n'y avait que des avis ultra positifs et maintenant que je l'ai lu, j'ai l'impression de lire des billets plus
mitigés voire même négatifs...


M

Non, non, tout est OK, la date me convient très bien pour la lecture commune. Simplement je n'étais pas sûre d'avoir lu ta réponse! Je vais m'y prendre assez tôt: il est épais! 


Répondre
R

Oui un bon gros pavé !!! Très bonne lecture à toi !