Le supplice des week-ends par Robert BENCHLEY (1963)

Publié le par Restling

4ème de couverture : Un humoriste américain de la grande époque - l'avant-guerre -, un des plus virulents que les Etats-Unis aient jamais connus. Robert Benayoun, qui traduisit pour la première fois en France quelques textes de Benchley (1889-1945) dans son Anthologie du Nonsense, nous apprend que cet " intrus persévérant " fut sans doute l'un des seuls contemporains à défendre ce slogan sans écho : " le nonsense pour le nonsense ", qu'il avait un secrétaire chargé de le réveiller sous les prétextes les plus incongrus : " les hommes sont là pour les valises " ou " c'est ce matin qu'on inonde votre lit pour la patinoire ", et qu'il possédait une chambre soporifique, ouatée de coussins et d'objets hideux, où il se plaisait à installer créanciers, hommes d'affaires ou intrus jusqu'à complète somnolence...


Je ne connaissais pas du tout cet humoriste américain et je remercie Keisha d’avoir fait de ce recueil de nouvelles un livre voyageur.

Je me suis vraiment régalée avec ces nouvelles. Robert BENCHLEY possède un humour tournant autour de l’absurde, un ton moqueur qui n’échappe à personne et auquel personne n’échappe, pas même Robert BENCHLEY himself.

Tout est prétexte à détournement : de l’art de la procrastination jusqu’aux voyages en train avec un enfant (et cette nouvelle là, je peux vous dire qu’elle a résonné en moi ! ), en passant par les souvenirs de vacances.

J’ai particulièrement aimé la nouvelle intitulée « Le français à l’usage des Américains » que j’ai trouvée tordante.

Je ne résiste pas au plaisir de vous citer ici quelques extraits, et j’espère vous avoir donné envie de lire ces nouvelles.


« Le français possède trois sortes d’accents, l’accent aigu, l’accent grave et l’accent circonflexe. On n’en prononce aucun. »


« Lieux parisiens à visiter.

Le vestibule du Ritz.

C’est un des endroits de Paris les plus intéressants pour le touriste américain, car il pourra y rencontrer un bon nombre d’Américains. »


« …une province médiévale de l’Espagne, Las Los (ou Los Las, comme on l’appelait jadis, ce qui veut du reste dire « Les Les » dans les deux sens) »


 

Publié dans Nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

ça me tentait bien jusqu'à ce que je lise le mot absurde...


Répondre
R

Tu n'aimes pas l'humour absurde ?


L

Les citations sont très amusantes ;-)


Répondre
R

Oui n'est-ce pas ? J'aime bien celle de Las Los en particulier.


N

celà a l'air sympa comme livre en tout cas j'aime beaucoup les dessins de la couverture du livre


Répondre
R

Ca rappelle des souvenirs n'est-ce pas ?


M

Ces nouvelles ont l'air drôles en effet et tu as l'air d'avoir bien aimé mais je renonce aux nouvelles pour l'instant! Je leur préfère les petits livres!


Répondre
R

J'adore les nouvelles mais je me rends compte que c'est loin d'être le cas de tout le monde.


G

J'ai rit en lisant les extraits, je dois donc supposer que ce livre est pour moi :)


Répondre
R

Ca devrait pouvoir coller alors oui ! Et encore j'ai été un peu fainéante mais je voulais carrément copier une courte nouvelle d'une page 1/2 dont la chute m'a fait mourir de rire.