Cinéma et magie par Maxime SCHEINFEIGEL (2008)

Publié le par Restling

Cinéma et magie4ème de couverture : La magie, c'est les tours de passe-passe des champs de foire et les numéros de music-hall, mais d'abord c'est la " pensée magique ". Venue de loin et secrète, elle reste parmi nous comme une " science " des mystères : le désir y est plus fort que les contraintes du réel. Or le cinéma a été et reste proche de la magie sur ces deux registres, et il en tire une grande partie de sa puissance et de son " évidence " culturelles. Ce livre propose une exploration magistrale de ces profondeurs méconnues. Bien au-delà des liens qui unissent avec Méliès le septième art naissant et la prestidigitation, la magie, entre effets spéciaux et création de personnages (vampires, femmes panthères...), ne cesse d'occuper cette toile où viennent nous piéger, pour notre plus grand délice, ces modes de pensée dits " archaïques " auxquels nous sommes supposés avoir renoncé. Cette empreinte du magique qui colore passé et présent du cinéma, d'Epstein, Murnau, Dreyer, Welles et Cocteau à Resnais, Oshii, Lynch, Chabrol, Van Sant, ou Weerasethakul, en oriente aussi l'avenir, avec toutes les ressources offertes par les évolutions technologiques.

Comme j'aime beaucoup le cinéma et que je suis de plus mariée à un cinéphile (à la maison, c'est bataille entre livres et DVD et je suis au regret de vous annoncer que depuis 4 ans, les DVD ont gagné après une suprématie incontestée de 2 ans des livres -bon et maintenant les Playmobil viennent d'attaquer les DVD pour envahir leur territoire... ), j'ai immédiatement choisi cet ouvrage dans la liste de titres qui m'ont été proposés pour lecture par Ulike.
Malheureusement, je n'ai pas été à la hauteur de la connaissance cinématographique de l'auteure. Je ne connaissais pas la plupart des films ou réalisateurs cités en référence ou bien, j'en avais une connaissance trop sommaire pour saisir le sens de sa réflexion. De plus, j'ai buté assez souvent sur des mots que je ne comprenais pas (et pourtant, je ne suis pas en panique dès que je vois un mot de plus de 3 syllabes... ).
Autre petite déception assez infantile mais tout de même présente : pour un ouvrage sur le cinéma, je pensais qu'il y aurait des images ou des photos mais non...
Bref, je pense que cet ouvrage est destiné à un lectorat plus averti que je ne le suis.
Je remercie toutefois
Ulike et les éditions Armand Colin pour m'avoir gracieusement envoyé ce livre.

Publié dans Essais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
je crois qu'à la base ce genre de livres de la collection 128 est destiné aux étudiants, aux universitaires, j'ai refusé l'offre pour accepter un roman mais il l'ont annulé !! du coup je n'ai encore rien reçu venant de leur part!
Répondre
R

Oui c'est sur que c'est assez pointu comme traitement du sujet et que je suis loin de mes études maintenant !
C'est dommage que tu n'aies rien reçu de leur part ! Ca a du être frustrant !


C
Il faudrait un livre sur les plymobil au cinéma pour mettre tout le monde d'accord !
Répondre
R

Je n'aurais pas dit mieux !!! Ou bien un film sur des Playmobils écrivains !


A
un livre sur le cinéma sans photos, je comprends quelque peu ta déception !
Répondre
R

Oui surtout que sur la couverture, il y avait une belle photo extraite de Mulolland Drive...


K
Alors moi qui n'y connaît rien du tout en cinéma... je sens que je serais complètement larguée!!
Répondre
R

C'est exactement le sentiment que j'ai eu, j'étais totalement larguée !!!


Y
Une maman LCA et un papa cinéphile : quel(s) heureux enfant(s) !
Répondre
R

Oui c'est sur que c'est marrant pour elles : à leurs anniversaires, en plus de leurs cadeaux, elles ont toujours un livre de la part de maman et un DVD de la part de papa !