La mécanique du coeur par Mathias MALZIEU (2007)

Publié le par Restling

La Mécanique du coeur


4ème de couverture : Édimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son coeur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le coeur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le coeur de fortune de notre héros à rude épreuve : prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté. Conte désuéto-moderne mâtiné de western-spaghetti, La Mécanique du Coeur vibre d'une rugueuse force poétique où l'humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants que nous sommes une réflexion très personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence, donnant naissance à un petit frère de Pinocchio qui aurait fait un tour chez les Freaks de Todd Browning.

Premier livre de 2009 et premier coup de coeur. Mathias MALZIEU nous offre ici une fable poétique, très "burtonienne" selon moi. A chaque phrase, on visualise ce petit Jack dans son "drôle d'état normal", son coeur qui fonctionne avec une horloge, sa petite danseuse myope qui ne met pas ses lunettes, ses amis et sa famille loufoques mais tellement émouvants.
L'histoire de Jack commence mal, une maman qui ne veut pas de lui, son coeur qui reste gelé à la naissance, une "sorcière" à la générosité débordante qui le "répare" et le garde ensuite avec elle comme son fils, un rejet par la communauté dite normale, des amis aussi étranges que lui, un homme à la colonne vertébrale rouillée, deux prostituées au grand coeur...
Un jour, pourtant, Jack devra quitter ce cocon d'amour et de tendresse et partira tel Don Quichotte "en quête de l'impossible rêve" (la petite chanteuse myope qu'il a vue une fois et à laquelle il a pensé ensuite pendans 4 ans) accompagné d'un comparse qui n'est autre que George Méliès, le père des effets spéciaux au cinéma.
Même si cela est dangereux pour sa vie et son coeur fragilisé, il se jettera a coprs perdu dans cette aventure magique mais tellement douloureuse qu'est l'amour avec toutes les affres de la passion : la colère, la jalousie, les sentiments fort.
"Je suis en danger de mort ? Peut-être, mais je suis en danger de vie si je ne la revois pas, et, à mon âge, je trouve ça encore plus grave."
J'ai aimé les mots de Mathias MALZIEU, son histoire tellement touchante et pas si naïve qu'on aurait pu le croire, la pureté des sentiments et la fin pas si heureuse que ça...

"Cette mélodie me bouleverse ; j'ai l'impression qu'il pleut et qu'il fait soleil en même temps partout sur moi."


Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
J'ai trouvé ton billet, j'ai trouvé ton billet ! o/
Je partage ton avis. ;)
Répondre
R

Et oui, il suffisait que je range un peu !


C
J'ai lu "Maintenant..." (voir mon commentaire sur mon blog)c'est vrai que le sujet abordé est plutôt difficile puisqu'il s'agit de la mort de sa mère. Moi même j'ai mis beaucoup de temps avant de me lancer dans cette lecture mais une fois commencé, je me suis laissé emporter par ce magnifique et poétique conte. Il me tarde de lire "La mécanique du coeur" d'autant plus que j'ai adoré l'album.
Répondre
R

J'espère que tu aimeras aussi. Pour ma part, il m'a moins émue que Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi mais ce n'est pas étonnant vu la
charge émotionnelle du sujet traité...


S
moi je n'ai malheureusement toujours pas réussi à aller jusqu'au bout... mais après ton billet, je vais peut etre m'y remettre
Répondre
R

Oh dommage ! Mais en même temps, un même livre ne peut pas plaire à tout le monde.


S
Je l'ai réservé à la médiathèque....apparement il a beaucoup de succés :)
Répondre
R

Ca ne m'étonne pas du tout ! Quand je l'ai pris à la bibliothèque, il était sur l'étagère des "meilleurs prêts" !


S
Je l'avais commencé (sur tes conseils d'ailleurs....et je me demande même si ce n'est pas ton bouquin que j'avais) mais pour le coup, je n'ai pas accroché....j'ai trouvé ça beaucoup trop noir à mon goût...du coup je ne l'ai pas fini....on ne peut pas toujours tout aimer :)
Répondre
R

Oui c'est sur que pour être noir, il est noir ! Maheureusement parfois, ce qui triste est aussi très beau si on sait l'exprimer de manière poétique. Bisous bisous.