Le Pays sans Adultes par Ondine KHAYAT (2008)

Publié le par Restling

Le pays sans adultes

4ème de couverture : J'ai onze ans, et je vis dans une famille complètement tordue. Heureusement qu'il y a mon frère Maxence. Lui, c'est mon manuel de savoir-survivre. Le soir, on ferme nos oreilles à double tour, pour ne plus entendre les cris de nos parents qui se disputent. Croyez-moi sur parole, la vie, c'est pas pour les enfants. Maxence a préféré partir au Pays sans Adultes. Moi, j'ai voulu le rejoindre, mais je me suis trompé de chemin. Avec mes nouveaux amis, Valentine et Hugo, on a beaucoup discuté et on s'est fait une promesse : quand on sera grands, on prendra tous les enfants malheureux dans nos filets, et on ne les relâchera que quand ils sauront vraiment nager. Promis, juré.

 

ATTENTION !!!! Un peu plus de 330 pages d'émotion pure !!!

Merci à Suzanne de Chez-les-filles et aux éditions Anne Carrière pour m'avoir envoyé ce livre et m'avoir ainsi fait passer un intense moment de lecture.

Comme on peut le comprendre d'après la 4ème de couverture, voici une lecture loin d'être légère et rafraichissante... Mais malheureusement, le désespoir peut parfois être exprimé de très belle manière, très émouvante...

Slimane est un peti garçon de 11 ans, son père est un alcoolique violent qui bat femme et enfants, sa mère une victime qui ne sait pas se rebeller et son grand frère un pré-ado de 13 ans extrêmement intelligent et sensible. Slimane, Maxence et leur mère se soutiennent face aux violences du Démon, comme les garçons appellent leur père.

Mais un jour, Maxence ne supporte plus la noirceur de sa vie et décide de quitter ce monde. Sans lui, Slimane va devoir affronter seul cette vie sombre et remettre lui-même de la poésie dans son coeur.

Après une tentative de suicide (extrêmement poignante la scène du "sauvetage"), il se retrouve hospitalisé en pédopsychiatrie et là, il va reprendre goût à la vie en essayant d'aider les autres à aller mieux : Valentine, une petite fille souffrant d'anorexie, Hugo, un petit garçon atteint d'une leucémie, Marguerite, une vieille dame triste, seule et donc méchante.

L'écriture est bouleversante, mélange de noirceur et de poésie, de désespoir et d'optimisme, de cynisme et de foi.

J'ai aimé ces mots d'un enfant qui en a vu trop pour son âge mais qui s'attache à son âme d'enfant, à ce qu'elle peut encore avoir d'ingénuité, de pureté et d'innocence car il ne veut jamais ressembler à son père.

Un livre beau, pur, intense, bouleversant...

 

"La vie c'est pas pour les enfants."

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Oui, c'est vrai, désolée, en plus je m'en souviens bien de ton article, je vais vite le rajouter dans les liens !!
Répondre
R
<br /> Hihi pas de problème.<br /> <br /> <br />
V
Merci pour ton avis! J'ai aussi dévoré ce live poignant...
Répondre
R
<br /> On dirait qu'il fait l'unanimité en tous cas !!!<br /> <br /> <br />
L
Beau commentaire, je te rajoute dans mes liens
Répondre
R
<br /> Merci c'est gentil !!! <br /> <br /> <br />
L
Je n'ai lu que des avis positifs pour l'instant ... <br /> A suivre !
Répondre
R
<br /> <br /> Effectivement, moi aussi je vois fleurir les avis positifs sur ce livre !!!<br /> <br /> <br /> <br />
P
Fini ! et aimé :)
Répondre
R
<br /> Normal ! :D<br /> <br /> <br />