Je, François Villon par Jean TEULE (2006)

Publié le par Restling

Je, François Villon

4ème de couverture : Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a étudié à l'université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les curés, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Ides plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu'un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l'histoire de son temps. Il a ouvert cette voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l'absolue liberté. Après Rimbaud et Verlaine, Jean Teulé ne pouvait mieux clore son voyage en Poésie qu'en endossant avec orgueil et humilité les haillons magnifiques de François Villon.

 

De François Villon, je ne connaissais que

« Frères humains qui après nous vivez,

N’ayez les cœurs contre nous endurcis,

Car, si pitié de nous autres avez,

Dieu en aura plus tôt de vous merci. »

réminiscence d’école… Et comme j’aime assez l’écriture de Jean TEULE, que j’ai lu des critiques positives sur ce livre et que je me suis découvert avec Balzac de Stefan ZWEIG un goût pour les biographies romancées d’artistes (parce que les biographies de people par exemple, ça ne m’intéresse pas vraiment…), je me suis lancée dans Je, François Villon.

Ce fut une vraie découverte pour moi que la vie tumultueuse de ce poète maudit.

Si François Villon a été un grand poète, il a également mené sa vie de manière purement égoïste, dirigé par ses seuls besoins personnels. Il fut « méprisable par ses mœurs et admirable comme ouvrier de l’unité de notre langue ».

Il a participé à de multiples délits : vols, meurtres… Il a été arrêté et torturé à son tour ; il a été gracié par la justice et a échappé à la peine de mort à plusieurs reprises ; finalement il a été banni de Paris pour une durée de 10 ans mais à partir de ce moment là, nul ne sait ce qu’il est devenu.

François Villon a vécu 32 années intenses et Jean TEULé nous les raconte sans un temps mort et décrit extrêmement bien le contexte violent et sans merci de l’époque.

Certains passages de ce livre, la grande majorité en fait, sont presque insoutenables de violence, de tortures et d’anéantissement d’autrui. C’est bien entendu lié à l’époque et quiconque vivait au 15ème siècle ne devait pas avoir la vie (ni la mort) facile.

Le texte est émaillé d’écrits de Villon qui rythment le déroulement de sa vie (à chaque occasion sa complainte…) en version "originale" si j’ose dire puis "traduits" en français plus contemporain afin que nous puissions quand même saisir la beauté des mots.

Après avoir lu ce livre, je pense que je vais vite aller me procurer Ô Verlaine ! et Rainbow pour Rimbaud.

2 autres avis positifs : celui de Florinette et celui de Karine

Publié dans (Auto)-Biographies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
J'ai entendu parler de ce livre dans une émission pas du tout littéraire mais plutôt culinaire sur France Inter "Ca se bouffe pas, ça se mange". Teulé avec un ou deux autres écrivains avaient invité pour parler des recettes de différentes époques dont celles du Moyen-Age. J Teulé m'avait vraiment donné envie de lire son livre. Je l'ai acheté, je l'ai lu et j'ai vraiment beaucoup aimé. C'est vrai qu'il y des descriptions qui font frémir mais l'époque était dure avec les famines, les gens qui mourraient jeunes, etc. L'histoire de la jeune femme emmurée est terrible. Un bon livre. Bonne soirée.
Répondre
R


C'est vrai, l'histoire de la jeune femme emmurée est particulièrement dure.
Sinon, j'aime bien Jean Teulé le personnage, ça ne m'étonne pas qu'en venant parler de nourriture il donne envie de lire son livre. ;-)



F
Malgré toutes ces scènes de violences, l'on reste captivé par l'histoire de François Villon !
Répondre
R

Oui exactement !!! Et en plus, ça me confirme dans le goût des biographies (euh seulement de personnes intéressantes artistiquement, je ne parle pas de "pipole" évidemment ;-)...). D'ailleurs je
viens d'acheter Ô Verlaine !.


A
Il y a quelques années, j'ai lu 'Darling' de cet auteur. Ce livre m'a traumatisé et depuis pas question pour moi de relire cet auteur.
Répondre
R

C'est drôle, moi aussi j'ai lu Darling et j'ai vraiment beaucoup aimé. J'ai vu le film également avec Marina Foïs et Guillaume Canet, qui est passé quasiment inaperçu, il me semble mais qui était
très bien.
Mais je ne te le conseille pas si le livre t'a traumatisée. ;-)


M
Non décidément cet écrivain ne m'attire pas. Quoique si je devais en lire un, ce serait "Le magasin des suicides".
Répondre
R

Pas mon préféré. Ca reste Darling mais il est triste et très noir...


H
J'en ai beaucoup entendu parlé et ce livre est sur ma LAL
Répondre
R

Alors au moins tu es prévenue qu'il y a des passages un peu durs. :-)