Dans les coulisses du musée par Kate ATKINSON (1995)

Publié le par Restling

undefined
4ème de couverture 
: Dès l'instant précis de sa conception, une nuit de 1951, la petite Ruby Lennox a commencé à voir, à comprendre, à sentir. En particulier, elle sait qu'on se serait bien passé d'elle... Et la voilà qui entreprend de nous raconter, avec un humour et une lucidité féroces, dévastateurs, son histoire, celle de ses parents George et Bunty, petits boutiquiers d'York, de ses soeurs, de toute une famille anglaise moyenne - mais assurément pas ordinaire. Mieux encore : Ruby remonte dans le passé. Si bien qu'à l'Angleterre des années cinquante et soixante se mêlent les images de tout le siècle, de deux guerres mondiales qui ont bouleversé des destinées. Dès sa parution en Angleterre, ce premier roman de Kate Atkinson a été salué comme un chef-d'oeuvre, pour la subtilité de sa construction, la verve irrésistible de son écriture. Il a obtenu le prix Whitbread 1996, battant au dernier tour Salman Rushdie. En France, la rédaction de Lire l'a élu meilleur livre de l'année.

J’ai déjà lu et beaucoup aimé La souris bleue (mon préféré) et Les choses s’arrangent mais ça ne va pas mieux du même auteur.
Là c’est un style, une histoire tout à fait différents mais tout aussi agréables à lire.

Kate Atkinson a un don pour faire vivre ses personnages, nous placer pour ainsi dire dans leur esprit (imaginez-vous dans l’esprit d’un embryon au moment de la fécondation du spermatozoïde et de l’ovule, Kate Atkinson le fait et mieux, on y croit…).
La construction du roman, avec ses chapitres (l’histoire de Ruby ; le présent) alternés d’annexes (l’histoire de sa famille ; le passé) nous permet de traverser un siècle, deux guerres et une multitude d’unions, de mariages, d’histoires d’amour, de décès.
Les membres de cette famille ont en commun que, même quand ils fuient leur vie pour quelque chose de meilleur, ils ne peuvent faire table rase du passé et continuent à penser aux leurs, regarder en arrière.
Pour moi, la clé du roman se situe dans cet échange entre Ruby et sa sœur Patricia :

« - Le passé, Ruby, c’est ce qu’on laisse derrière soi dans la vie, me dit-elle avec un sourire de lama réincarné.
- Faux, Patricia. Le passé, c’est ce qu’on emporte avec soi. ».

 

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Pas lu mais je note car j'aime beaucoup l'auteure et si c'est ton livre préféré, je me dois de le lire !
Répondre
R

Oui c'est vraiment mon livre préféré de cette auteure. J'espère que tu aimeras aussi.


S
tu as entièrement raison, d'ailleurs quand je dois choisir dans ma PAL, je ferme les yeux et je pointe le doigt au hasard ... et automatiquement je choisis un autre livre !
lol
Répondre
R

Lol excellent ! Moi aussi, je fais souvent ça, j'en sors un en me disant "c'est le prochain que je lis", je le repose et j'en prends un autre ! :D


S
et dire que j'ai ce livre dans ma PAL, et que je ne l'ai toujours pas lu. Honte sur moi !
Répondre
R

Mais non, mais non. C'est trop dur de faire des choix dans sa PAL !!!


S
Ce roman dont tu parles, est, avec "Dans les replis du temps" le meilleur Atkinson, parce qu'il est bien plus fouillé psychologiquement et bien plus émouvant, donc que "La souris bleue"
Répondre
R


Il faudra que je lise Dans les replis du temps. Pour l'instant, mon préféré reste La Souris Bleue
(l'émotion de la découverte certainement...). :-)



M
Eh bien, j'ai l'impression qu'on partage pas mal de goûts en littérature. J'aime beaucoup Kate Atkinson. Si j'ai aimé celui-ci, "La souris bleu" est mon préféré aussi.
Répondre
R
Oui il est terrible. Ca a été un vrai plaisir de découvrir Kate Atkinson avec ce titre justement...